34000 manifestants en France, selon la police, 200000 selon les organisateurs

Des manifestants dans les rues de Paris 16 janvier 2021.- Christoph Ina / AP / SIPA

Ils ne sont pas désarmants. Les manifestations du samedi contre le projet de loi sécurité Global “a rassemblé 34 mille personnes en France selon la police et 200 mille selon les organisateurs, selon le ministère de l’Intérieur et le syndicat SNJ-CGT. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanen a également rapporté sur Twitter,” 75 personnes ont été arrêtées, dont 24 à Paris “et” 12 policiers blessés ” Et le gendarme. “

Tôt dans la soirée, le parquet de Paris a indiqué que 15 personnes se trouvaient en garde à vue après avoir été arrêtées lors de la manifestation, et une enquête avait également été ouverte pour troubler les rangs d’autres personnes par une véritable agression. Dans la capitale, un cortège de 6.500 personnes, selon la police, et 15.000 personnes, selon les organisateurs, ont défilé sous une pluie de neige vers la place de la Bastille, derrière une pancarte appelant au retrait de ce texte, scandant: “La police est partout, il n’y a pas de justice nulle part.” Et “l’état d’urgence, état policier, nous ne vous empêcherons pas de manifester!”

“Cheers” parmi les manifestants

La police est intervenue pour empêcher “une fête rave se déroulant à proximité”. apparence A Paris, le ministre de l’Intérieur Gerald Darmanen a écrit sur Twitter. Selon la préfecture de police, les organisateurs ont été condamnés à une amende et le matériel audio confisqué. Dans de nombreuses villes, le “peep” du mouvement des “partis libres” a déjà décidé de rejoindre le mouvement “droit à la culture” et contre la “répression disproportionnée” lancée après le délire du Lioron (Ille-et-Vilaine) qui a rassemblé 2.400 personnes pour la nouvelle année.

Ils étaient nombreux, surtout au début Nantes Derrière des signes tels que «Nous sommes tous des partis organisateurs» ou «L’État assassine: vie, cultures et libertés». La police a rapporté que trois personnes avaient été arrêtées après avoir «lancé des feux d’artifice et des bouteilles sur la police». A Strasbourg, les nombreux «peeps» faisaient partie d’un cortège de plus de 500 personnes.

On se demande où on va avec cette loi de sécurité

Toujours à Lille, le spectacle était rempli de technoparads, sous les fortes chutes de neige. Dans le cortège, la surintendante du lycée, Lucille Frimo, juge que “avec l’environnement si inquiétant et les lois que le gouvernement nous laisse, cela devient invivable”. Timothy Carpentier, enseignant, se plaint qu ‘”il y a de plus en plus de contrôle sur les gens, pas seulement sur les délinquants, tout le monde peut rester coincé”.

Je manifeste contre ce régime, qui paraît plus extrême. C’est une drôle de dictature, on se demande où aller avec cette loi de sécurité … Si c’est un pays de droits humains et de liberté, alors j’ai honte d’être française! », Rapporte François, veste jaune sur le dos, lors d’une manifestation parisienne.

Près de 80 rassemblements “pour le droit à l’information, contre les violences policières, au profit de”. libertéPour manifester et contre la surveillance de masse “qui a eu lieu dans le pays.



713

Impliqué

READ  Immense affection aux obsèques de Christophe Domenici

Quentin Lesauvage

"Spécialiste de la télévision. Fier du café. Sujette à des accès d'apathie. Expert Internet. Ninja de voyage."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top