A Marseille, l’électorat de Michel Roberola a été déçu

A Marseille, l’électorat de Michel Roberola a été déçu
rapport

Michelle Roberola n’a gardé sa chaise que six mois. L’écologiste, première femme élue maire de Marseille en juin dernier, a démissionné ce mardi après-midi, Donnez des raisons de santé. Michel Roberola, qui avait conduit à la victoire de la liste syndicale de gauche, Marseille Rabie, souhaitait que son premier député, le socialiste Benoit Bayan, prenne ses fonctions.

Cette reprise, qui intervient en pleine crise sanitaire, sociale et financière pour la deuxième ville de France, a déçu ses électeurs rencontrés par Europe 1.

“C’est une fête mascarade”

Après 25 ans sous le règne de Jean-Claude Godin (LR), Michel Roberola a réussi au cœur de la cité phocéenne à gauche, grâce à une équipe sans précédent entre EELV, le Parti socialiste, le Parti communiste et une partie d’Insoumis. Cinq mois et demi après son élection, son électeur rugissait de froid. “Il y avait beaucoup d’espoir qui reposait sur elle. Elle n’a pas eu à se manifester. Quand elle détient le titre de maire de Marseille, il faut le porter jusqu’au bout”, a déclaré un membre de l’équipe marseillaise.

“C’est une mascarade, elle a perdu du temps. On ne la voit pas souvent et elle ne semble pas très à l’aise avec le rôle”, poursuit-il.

“Des rumeurs se répandaient à Marseille.”

Depuis ses débuts en tant que maire, Michelle Roberola s’est retirée à plusieurs reprises, principalement pour des raisons de santé. Mal à l’aise devant les caméras, avoue-t-elle, elle a souvent laissé la place à son premier adjoint, le socialiste Benoit Bayan. “Les rumeurs faisaient rage à Marseille, et c’était écrit à l’avance. De son propre aveu, la tenue était trop grande pour elle. C’était elle qui figurait en tête de liste, mais tout le monde sait que c’est Benoit Bayan qui était aux commandes”, analyse un autre marseillais.

READ  Les 30 meilleures critiques de Huile De Nigelle Bio

Benoit Bayan avait remarquablement rassuré un concierge Michel Rapirola en septembre, alors que le consultant s’était absenté pendant plusieurs semaines en raison d’une opération. Le maire intérimaire de Marseille a exprimé sa volonté de voir son premier vice-président assurer son accession à la présidence, mais ce ne sera pas facile. Car Benoit Bayan ne fait pas l’unanimité au printemps marseillais, notamment à cause de son nom de socialisme.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

100%kamer