Les web séries sont à la mode dans le show bizz du 237, est ce parce qu’elles permettent aux producteurs d’esquiver en même temps  et les chaînes de télévisions et les distributeurs dont les us et coutumes ont longtemps freiné l’éclosion d’une vraie industrie de l’audiovisuelle ? Est ce parce qu’elles permettent une plus grande interactivité et créent une proximité entre les producteur et le consommateur ?qu’on le veuille ou pas, force est quand même de constater que petit à petit elles se font leurs places au soleil propulsant quasi instantanément des inconnus au statut de méga star connu de tous ? 

La dernière web série qui fait un tabac c’est FAKE  de Françoise Akané, une fresque riche en couleurs en  sons et en enseignements servie par un jeu d’acteur irréprochable  et une réalisation A1 qui dresse un état de lieu de notre monde et met à nu notre société et ses travers .la série qui aborde sans fard tous les aspects de notre société (y compris l’homosexualité) se veut  plus dramatique que comique ce qui n’as pourtant  pas refroidi l’ardeur des spectateurs comme on aurait pu le craindre. Bien au contraire l’engouement des fans laisse croire que cette série  va faire  du succès fulgurant de Pakgne  un souvenir.

Déjà comparativement à Pakgne au même nombre d’épisode FAKE enregistre  plus de vue sur You Tube et une plus grosse présence dans les réseaux sociaux sans pourtant être porté par la brochette de stars qui agrémente chaque jour le plateau de Pakgne. Si on ajoute à cela l’aura et le charisme de Françoise Akané classée dans le top 7 des plus belles femmes de l’industrie audiovisuelle par le site LE FILM CAMEROUNAIS il devient clair  que cette série est le prochain blockbuster de notre univers cinématographique

Si la qualité technique est quasiment du même niveau entre les deux séries, il y’a fort à parier que le changement synoptique et le choix d’aborder  les mêmes thèmes mais sous un angle plus dramatique vont continuer à attirer tous ceux qui sont lassé de la démultiplication des productions comiques qui parfois permettent à de mauvais acteurs de passer entre les mailles du filet de l’œil critique du spectateur. En cela FAKE est quasiment une révolution et une réappropriation du vrai jeu d’acteur. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

GRACE DOROTHEE : L’ART AU FEMININ…

Grâce Dorothee l’une des figures féminine montante de l’art plastique au Camer…