Les États-Unis placent à nouveau Cuba sur la liste des “États qui soutiennent le terrorisme”

Les États-Unis placent à nouveau Cuba sur la liste des “États qui soutiennent le terrorisme”

Neuf jours avant la fin de son mandat, l’administration Donald Trump a annoncé, lundi 11 janvier, qu’elle avait remis Cuba sur la liste noire américaine. Pays qui soutiennent le terrorisme, Dont l’île a été retirée en 2015 par Barack Obama.

Lire aussi en 2017: Donald Trump salue le climat de la guerre froide avec Cuba

“Avec cette mesure, nous tiendrons à nouveau le gouvernement cubain responsable et enverrons un message clair: le régime de Castro doit mettre fin à son soutien au terrorisme international et au sabotage de la justice américaine.”Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a déclaré dans un communiqué faisant référence aux anciens dirigeants cubains Fidel et Raul Castro. Il accuse Cuba, pour justifier ce châtiment, de possession “Il a soutenu à plusieurs reprises des actes de terrorisme international en offrant un refuge aux terroristes.”.

Une décision nuancée«Opportunisme politique» De Cuba. Nous condamnons la caractérisation cynique et hypocrite de Cuba comme un État soutenant le terrorisme, déclarée par les États-Unis. L’opportunisme politique de cette mesure est reconnu par tous ceux qui se soucient véritablement du fléau et des victimes du terrorisme.Le chef de la diplomatie cubaine, Bruno Rodriguez, a répondu sur Twitter.

“Le département d’État américain manipule la question du terrorisme avec un opportunisme politique grossier.”Carlos Fernandez de Cosio, chef de la division américaine du ministère cubain des Affaires étrangères, a commenté sur Twitter. Au contraire, le diplomate a souligné, «Cuba est victime du terrorisme commis par le gouvernement américain depuis des années ou par des individus ou des organisations opérant dans cette région, avec la tolérance des autorités».. Selon lui, un total de ces attaques 3478 Cubains morts, 2099 handicapés.

Retrait après la fusion à l’ère de Barack Obama

L’île du gouvernement communiste a été retirée de cette liste en 2015 par Barack Obama – qui a eu M. Biden vice-président pendant huit ans – au cours d’une période de rapprochement historique entre les deux pays.

READ  Bitcoin has reached $ 25,890, and Peter Schiff thinks Bitcoin's price hike will attract regulators

Cette décision de dernière minute risque de rendre plus difficile pour le président élu Joe Biden, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, de renouer avec La Havane. M. Trump a considérablement resserré les restrictions Il ciblait les voyages entre Cuba et les États-Unis et imposait des sanctions sur les expéditions de pétrole vénézuélien à La Havane.

Le président élu a promis de renverser cette politique qui “Cela a fait du tort au peuple cubain et n’a rien fait pour faire progresser la démocratie et les droits de l’homme.”. Cuba rejoint l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie sur la liste noire des pays qui soutiennent le terrorisme. le Soudan Il vient d’être retiré par le président sortant.

Lisez notre rapport lors de la visite du président démocrate en 2016: L’héritage de Barack Obama pour le peuple cubain

le monde

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

100%kamer