Une question pour le moins étrange, penserez-vous ! Encore que, dans le jargon camerounais, les noms de choses ou même animaux ont perdu leur sens premier.

En bon Camer, l’on devrait s’attendre à parler d’une fille aux mœurs légères ou « mbok », d’une fille dont on en tire profit sexuellement ou « bois blanc » etc. Y’a plein d’autres expressions synonymes au « chat ».

Mais dans cet article, il sera bel et bien question du chat, l’animal. « Pourquoi donc cette expression », me direz-vous ? Et bah, quand on vit dans une métropole comme Douala, on peut vite répondre à cette interrogation. En effet, dans certains quartiers de la ville, la viande de chat est très appréciée particulièrement de la gente masculine. D’ailleurs ce sont eux-mêmes qui le préparent car selon eux c’est une viande pour les hommes, les femmes ne doivent y toucher. D’après les témoignages, le chat est qualifié d’animal mystique, possède plusieurs vies. Alors en déguster la chair permettrait de se revêtir une protection contre les attaques mystiques, avoir la capacité de voir au-delà de la simple vision humaine.Les raisons ci-dessus évoquées ne sont pas systématiques. D’autres en consomment juste pour le plaisir. Toutefois, le commerce de cette viande n’existe pas au Cameroun, mieux encore, il n’existe aucun texte légal qui traite de la commercialisation de la viande d’animaux domestiques comme dans certains pays du monde. En fait, la consommation du chat n’est ni encadré, ni illégal.

Malheureusement, les gens se procurent cette viande de manière frauduleuse. En effet, les propriétaires d’animaux domestiques voient régulièrement leurs minous disparaitre du jour au lendemain. Des quartiers de Douala comme Newbell, Nkongmondo et d’autres quartiers en majorité peuplés par les Bassa’a sont réputés « des quartiers de mangeurs de chats ». D’ailleurs, il devient très rare de voir cet animal dans les parages. Quand bien même y’en a un, généralement le propriétaire de celui-ci est très craint dans le coin.En tout cas, la consommation frauduleuse de la viande de chat n’a pas empêché les propriétaires d’élever davantage les chats jusqu’ici. Ces boules de poils, qu’on les aime ou pas restent toujours les animaux domestiques les plus prisés dans nos ménages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

GRACE DOROTHEE : L’ART AU FEMININ…

Grâce Dorothee l’une des figures féminine montante de l’art plastique au Camer…