Proche des parties civiles pour “comprendre l’état de l’enquête”

Proche des parties civiles pour “comprendre l’état de l’enquête”

Dans la région du Tarn, les enquêteurs n’ont encore trouvé aucune trace de la mère disparue depuis trois semaines à Kanyak Lee Min. Beaucoup de ses proches sont devenus parties civiles.

Trois semaines se sont écoulées depuis que la gendarmerie du Tarn n’a eu aucune trace du dauphin Jubilar. Plusieurs proches de cette mère de 33 ans, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre à Kanyak Lee Min, ont décidé de devenir parties civiles devant le juge d’instruction chargé de l’affaire. Ce sont trois cousins ​​et trois amis qui se sont exprimés pour la première fois ce mardi sur BFMTV avec la voix de leur avocat Philip Brisek.

“Ils ont vécu ces semaines dans l’anxiété puis dans l’angoisse, et aujourd’hui ils veulent savoir ce qui s’est passé. Ils veulent être conscients, (…) comprendre quelles sont les recherches et les enquêtes menées par les enquêteurs, ils sont l’état de l’enquête.”

“Rien n’a de sens”

Ce faisant, les proches de Delphine Jubiler espèrent avoir accès au dossier des enquêteurs. Selon eux, sa disparition – au milieu de la procédure de divorce – est incompréhensible.

“Il n’y a rien de logique et rien de prévisible dans tout cela. Mes clients n’auraient jamais pu imaginer qu’ils feraient ça. (…) Cette disparition de mes clients était très surprenante et contre nature”, insiste Philip Brisk.

Selon l’avocat, ses clients «veulent de l’espoir» et «pensent que Delphine reviendra». “Mais ils n’excluent vraiment aucune hypothèse”, ajoute-t-il. Le 23 décembre, le parquet de Toulouse a ouvert une enquête judiciaire sur les affaires “d’arrestation, d’enlèvement, de détention et d’isolement”. Malgré des recherches approfondies dans le domaine de la disparition et de l’organisation des coups pour les citoyens, le mystère reste entier.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

100%kamer