Trois soldats français ont été tués lors d’une opération au Mali

Lundi 28 décembre, trois soldats français ont été tués dans l’explosion d’une bombe artisanale, dans la zone des «Trois frontières» au centre du Mali, où la force antiterroriste française Barkhane concentre ses efforts depuis janvier. Leur véhicule blindé a été touché par un engin explosif alors qu’ils participaient à une opération dans la région de Hombury.La présidence française l’a annoncé dans un communiqué.

Ces 1ers soldats ont été martyrisésest Un régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse (Meuse) porte à 47 le nombre de soldats français tués lors des opérations «Serval» (2013) et Barkhan (depuis 2014)Selon le personnel. Le bilan est de 48 morts si l’on ajoute un soldat décédé au Tchad en 2013 dans le cadre de l’opération Epervier.

L’article est réservé à nos abonnés Lire aussi La France annonce des opérations majeures contre les jihadistes au Mali

Général de brigade Tannery Mowry et pêcheurs 1Revenir Quentin Pauchet et Dorian Issakhanian Classe 1 ClasseRevenir Le régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse (Meuse) a entrepris une mission d’escorte dans la région frontalière entre le Niger et le Burkina Faso.

Exprimé par le président Emmanuel Macron dans son communiqué de presse “Une très grande émotion” Après avoir appris la mort des trois soldats.

Président de l’Etat Je rends hommage à la mémoire de ces soldats morts pour la France (…). Il s’associe à la douleur de leurs familles, parents et frères d’armes, et les assure de la reconnaissance et de la solidarité de la nation. “. le “Exprime sa pleine confiance aux militaires français déployés dans la région du Sahel, salue leur courage et rappelle la détermination de la France à continuer de lutter contre le terrorisme”..

La violence jihadiste continue

Ces derniers mois, l’armée française – qui a déployé 5 100 hommes dans la région du Sahel – et celles des pays africains du G5 Sahel ont intensifié leurs attaques, notamment dans la zone dite des «Trois Frontières». Le chef d’état-major des armées françaises, le général François Le Quanter, s’est rendu à Hombare et au Niger les 10 et 11 décembre. Puis vivant “ De nombreux succès tactiques ” Et le Amélioration de la situation sécuritaire dans la région.

Le général Lockwinter et ministre des Armées, Florence Parly, a obéi à la mémoire des trois soldats et a présenté ses condoléances à “Leurs familles, parents et frères d’armes”. “Ils sont morts dans l’exercice de leurs fonctions, alors qu’ils étaient impliqués dans une zone où des groupes terroristes attaquent la population civile et menacent la stabilité régionale, ainsi que notre sécurité.”Dit Mme Barley.

Les trois soldats ne peuvent cependant pas être ressuscités Intervention immédiate de l’équipe médicale présente dans le convoi et prodiguant des soins.Dans un communiqué de presse, il a dénoncé les militaires. “Les moyens de surveillance et de protection aérienne, ainsi que la force de réaction rapide au sol, ont été immédiatement déployés pour assurer la protection des éléments.”

Lire aussi Mali: une trentaine de jihadistes ont été tués aux mains de la force française “Barkhane”

Barkhane et la force combinée du G5 Coast revendiqués ‘Neutralisation’ Des dizaines de djihadistes ces dernières semaines. Face à ces succès, la France envisage un retour dans ses forces en vue du sommet de Pau – puisqu’elle a depuis été augmentée de 600 hommes. Cependant, cette réduction est jugée risquée par le commandant de la Force conjointe du G5 Sahel, le général nigérian Umaru Namata Gazama. “Il serait prématuré de considérer cela (réduction du barkhane) et les risques pour la région du G5 Sahel.”, il a dit.

L’article est réservé à nos abonnés Lire aussi Paris s’oppose au dialogue avec les dirigeants djihadistes au Sahel

Face à la poursuite des violences djihadistes, couplées aux conflits entre communautés locales, les autorités de transition au Mali n’excluent pas les négociations avec les groupes armés, comme l’a fait le président Ibrahim Boubacar Keita, qui a été balayé par un coup d’État en août. La France, qui affiche une position plus dure, a reconnu ne pas s’opposer aux négociations entre les États du Sahel et certains éléments djihadistes, la principale exception étant la direction d’Al-Qaïda et l’État islamique.

le monde

READ  Frederick Anthony sur Rudi Garcia après Metz-OL: "Nous n'avons pas les mêmes valeurs!" »

Quentin Lesauvage

"Spécialiste de la télévision. Fier du café. Sujette à des accès d'apathie. Expert Internet. Ninja de voyage."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top